histoire

Ecrit par
 
 
Dans le rétroviseur 
de l’AMICALE LAÏQUE CHÂTEAUBRIANT
 
Alors... C'était comment autrefois
quand on jouait au basket ?
 
La création de la section féminine de Basket
 
C'est l'Amicale Cheminote Castelbriantaise qui a créé en 1936,1937 les sections de foot, de basket et d'athlétisme de l'Amicale dont les joueurs et joueuses porteront des maillots à loco (cf photos)
Le pourquoi de la création de la section féminine de basket ? Les hommes jouaient déjà au basket. Deux clubs pratiquaient « le ballon au panier » à Châteaubriant (1) L' A C C depuis peu, en 1937, sur son nouveau stade de la Gare.et les Voltigeurs dont la création de la section remontait à quelques années. Ces derniers alignaient deux équipes seniors qui jouaient stade Abbé Bougouin, actuel stade municipal de la Ville en Bois. Ils utilisaient aussi un terrain dans la cour du Cercle Catholique, actuel Hôtel Le Châteaubriant.
____________________

(1)Pourquoi ce titre de « Ballon au panier » ? Les termes anglo-américains n'avaient pas encore envahi complètement le vocabulaire sportif.... Ainsi retrouvait-on encore dans les rubriques sportives des deux journaux de Châteaubriant – le Courrier et le Journal – que vous pourrez consulter grâce aux liens joints - les termes de ballon ovale, de ballon rond et de ballon au panier mais déjà le terme basket ball commençait à supplanter ce dernier 
______________________________________

      Le basket ball était un sport qui n'avait pas la même faveur que le football, aussi était-il important d'informer les lecteurs de l'intérêt que présentait ce sport
 
Faisons donc du basket
(Extrait du « Courrier de Châteaubriant » du 10 septembre 1937)
  • Le jeu de basket-ball, comme son nom l'indique, est un jeu de ballon. Il se joue entre deux et équipes de 5 joueurs qui sans aucune brutalité et en se servant uniquement de leurs mains, cherchent à mettre le ballon dans le filet adverse par des passes hardies, adroites et précises.
  • Le basket-ball est le plus rapide des jeux et celui qui exige la plus grande somme d'activité, les joueurs étant continuellement en action, quelle que soit leur place.
  • Le basket-ball n'est pas un jeu de malades ni de timides ou comme l'on dit « de petites filles ». Ces idées répandues par des personnes qui n'ont jamais pratiqué ce jeu et qui ne l'ont peut-être pas vu jouer y trouveraient un démenti désagréable, sinon formel.
  • Le basket-ball peut rivaliser ou sinon tenir la seconde place après le canotage comme jeu d'éducation physique. On y trouve en effet, des courses rapides et nombreuses avec démarrages et arrêts brusques, du saut, du lancer, ainsi que de multiples attitudes des sports de défense et d'attaques. De plus les centres nerveux toujours en éveil, ne peuvent souffrir aucun retard dans leur exécution.
  • Le basket est un jeu formateur de caractères. Il apprend à se décider et rapidement. Il donne de l'audace en exigeant qu'on aborde l'adversaire et qu'on lui échappe rapidement. Il veut qu'on discipline sa force (on ne devrait jamais toucher l'adversaire). Il suppose du cou-rage, de la résistance ; il est un destructeur d'égoïsme (le jeu personnel conduit à la défaite). Il donne en même temps par l'attention soutenue qu'il exige des joueurs, une maîtrise cons-tante de soi-même, l'habileté individuelle et une initiative personnelle qui doit aller sans ces-se au devant des autres coéquipiers.
  • Ce jeu si complet, doit devenir en faveur auprès de tous les vrais sportifs.
 
Pourquoi les féminines n'auraient-elles pas pratiqué à leur tour ? Le fait qu'il n'y ait pas de section féminine chez les Voltigeurs favorisera la naissance de notre section. Sachant que c'était « en forgeant que l'on devenait forgeron ? » ou encore mieux « en jouant qu'on devenait joueur ou joueuse » pour reprendre des expressions du rédacteur du « Courrier », il était nécessaire de s'entraîner.
 
      Comment devenait-on un bon joueur ?
      Comment pouvait-on progresser ?
      Il suffisait de suivre « Les 10 commandements du basketteur » que l'on avait énumérés dans le « Courrier » du 17/12/37 page 3
 
La naissance de la section féminine de l'A. C. C
 
 
Comment recruter ?
Un premier appel avait paru dans le « Courrier » du 24 septembre 37
Une réunion regroupant quelques jeunes filles eut lieu le dimanche suivant. Petite déception des dirigeants qui comptaient sur une assistance plus nombreuse. On relança la demande, une demande qui devait cette fois être couronnée de succès. On s'était donné rendez-vous
 Nous invitons toutes celles que la pratique de ce sport intéresse à bien vouloir se présenter dimanche 21 novembre à 9 h 45. au terrain des sports de la gare. Celles qui pour une raison quelconque, ne pourraient venir, voudront bien se faire représenter par une camarade dans le but de connaître aussi exactement que possible l’effectif de l'équipe féminine pour pouvoir grouper quelques achats vestimentaires indispensables 
 
Nous ne connaissions pas de sponsoring à cette époque... Aucune aide à attendre de publicitaires. On se prit en main pour la confection des tenues
Tenue envisagée : Après accord général , il a été prévu
Short flanelle bleu marine ; pull-over bleu marine, col rond, ¼ de manches, parements blancs de 2 cm au col et aux manches, chaussettes sport, laine bleue marine à revers même teinte ; ceinture cuir- blanc ou caoutchouc sans partie métal, chaussures de plage, caoutchouc ou corde.
Groupage prévu pour les achats
Shorts : Mlle Lainé, 120 rue de la gare, fera l'achat du tissu et fabriquera pour celles qui en feront la demande
Pull-over : achat individuel pour chaque joueuse. Il est recommandé d'acheter ou de faire assez long
Chaussettes et ceintures : achat dans le commerce local, en commun pour obtenir des prix
Nous comptons sur une assistance nombreuse étant donné l'importance de cette réunion.
Une dirigeante responsable sera élue.
(R. Lahuppe - Journal de Châteaubriant - 20 novembre 1937)
 
On avait les joueuses (une vingtaine)... On avait les maillots... On avait le stade... Restait à trouver des matches. R Lahuppe dirigeant de l'A.C.C s'en chargea.Il n'était pas question pour commencer d'affronter plus fort que soi au vu de l'a recherche qu'il avait faite ! « Quatre équipes féminines demandent matches avec équipes inférieures à partir du 16 janvier. Les trois équipes masculines étaient aussi à la recherche de rencontres contre équipes de 2ème et 3ème série » 
Equipe féminine 1938 - 1939
1er rang : Y. Martin - T. Hougron - T. Poupel
2ème rang : A. Beaussier - O. Fontaine - M. L. Fontaine
3ème rang : J. Duwez - M. Brié - X - X. Lecomte - M. Bernard
 
Premiers matches de la section féminine
 
Les effectifs finalement permirent d'aligner 2 équipes. L'entraînement, terrain de l'A C C porterait-il ses fruits lors du premier match « officiel » ? On rencontrait à domicile « Natura sport » de Nantes. Nos deux équipes perdirent mais au moins trouvaient-elles en leur dirigeant R. Lahuppe un ardent défenseur !
« Nos joueuses dont c'était le début contre des équipes étrangères (2) semblaient un peu désemparées.
En seconde, elles réagirent, se placèrent mieux et ont obtenu un résultat très honorable. L'équipe se composait de Mlles Fontaine, Laîné, Roué, Gautier et Vivien. Cette dernière s'est fait remarquer par sa ténacité et son cran. Voilà pour l'équipe (I) qui avait perdu par 14 à 6.
_________________

(2) Des équipes étrangères : qui n'étaient pas locales mais de l'extérieur. Terme couramment employé par les chroniqueurs du "Journal" comme du "Courrier" à cette époque
________________

     Quant à l'équipe (II) qui menait à la mi-temps 4 à 2, les changements apportés nuisirent à son rendement. Elle s'est alors montrée un peu inférieure comme jeu, mais aussi moins athlétique et bien peu servie par la chance. Jouaient Mlles Hougron, bon avant-centre, Merlet et Legouey , 2 ailiers remarqués et accrocheuses, Mlle Grégoire un arrière qui a de la classe et Mlle Vrignaud. Leurs remplaçantes en deuxième mi-temps – Mlles Laurent et Gaillard, n'eurent pas de chance dans leurs essais, car elles réussirent plusieurs belles descentes. Le résultat importait peu : Match perdu par 14 à 4
      Les matches allaient s'enchaîner . Les adversaires : Namneta-Sports - Decré-Sports - Candé. Les déplacements s'effectuaient le plus souvent possible en train, nos cheminotes bénéficiant du transport gratuit. Les équipes rencontrées étaient d'inégale valeur. Nos féminines se sont longtemps souvenues du 7- 69 contre Namnéta « Impressionnant score des Nantaises qui forment réellement une équipe de première force... Il y a des progrès à faire : apprendre à se démarquer, s'entraîner au panier... »
      Quant au déplacement à Candé fin mai... il se solda par une belle victoire. Convoquées à 10 h du matin à la gare, Mlles Grégoire, Gautier, Fontaine, Rouet, Laurent, Marcelle et Andrée Meslet, Hougron, Poupel, Rollin, Vivien coachées par M. et Mme Delaunay avaient elles pris le petit train ?
 
 
 
Une des premières équipes de basket féminin
 portant le « maillot à loco »
De G à D : Mlles J. Grégoire - Lainé - O.Vivien - C. Gauthier - Rouesné - M. L. Fontaine
 
Quelle journée ! Quel accueil !
« L'équipe de Châteaubriant a fourni une très belle partie qui fit l’admiration de la population Candéenne. Sous l'impulsion de son capitaine Mlle Grégoire, tous les avants et arrières rivalisèrent de vitesse et d'adresse et surent ainsi s'adjuger une belle victoire : 46 à 4. L'équipe de Candé formée récemment, inquiète au début du match, se ressaisit en temps utile et marqua deux beaux paniers. Très bon arbitrage de Mlle Lainé
Quel accueil ! A l'issue du match, deux superbes gerbes avaient été remises à Mlles Grégoire et Lainé et un lunch fut servi à 17 h 30 à l'hôtel du Commerce, suivi d'un bal. Quelle belle manifestation sportive féminine ! « Journal de Châteaubriant - 4 juin 1938 »
 
Une bonne ambiance régnait au sein de nos équipes féminines... Et l'on termina la saison par un banquet le 14 juillet. La première saison était terminée... On s'était donné rendez-vous à l'Hôtel du Château. C'est là que « La société féminine de basket qui vient de se former à Châteaubriant avait réuni autour d'une table délicatement servie une vingtaine de ses membres parmi lesquels deux ou trois messieurs s'étaient fourvoyés... astucieusement. Le menu qui faisait honneur aux dames qui l'avaient choisi était excellent. Inutile de dire que le banquet fut des plus gais et des plus animés tellement qu'on en oublia le feu d'artifice et ce n'est qu'assez tard que, formant un joyeux monôme, la jeune société fit irruption dans le bal populaire et se livra aux plaisirs de la danse, cet autre sport si captivant »
 
La même année avait vu la naissance du Basket féminin à l’École Aristide Briand regroupant  primaire et Cours Complémentaire (E. A. B. dirons nous, nous autres Terrassiens). Une nouvelle structure scolaire inaugurée en 1936 dont les installations se prêtaient à la pratique du « ballon au panier ». Des jeunes filles de 16 à 17 ans. Quel est le professeur qui lança l'activité ? Les équipes étaient rares, aussi les adversaires le plus souvent rencontrées étaient-ils les demoiselles de l' A. C. C. et ce sur le PARC des SPORTS rue de la Gare . Des rencontres équilibrées le plus souvent « entre lycéennes et Cheminotes »
 
Premier tournoi en décembre : 6 équipes - A C C (I et II) - E A B (I et II) et A S CANDE (I et II) dont les demoiselles « si elles suivent un entraînement intensif et continu verront leurs couleurs triompher »
La fusion future entre les deux partenaires ne pouvait qu'améliorer la situation. Elle se réalisera en 1941. Aucune photo des basketteuses de l'E. A. B.
On retrouve la même situation entre le C. C Terrasses et les Cheminots en football

Avec l'A C C Masculins
 
 Mais les hommes jouaient déjà au basket . Ils avaient commencé quelques mois avant leurs homologues féminines
Une équipe masculine de l'A C C sous le maillot à loco (création de la section masculine en 1937)
De G à D : Lejeune Gilbert - Delanoue Jean - Cana - Leve - Colin

A C C masculins
3 : Rémi Roué, 4 : X,  5 : Albert Fontaine,  6 : Paul
 Rohard,  9 : Gilbert Lejeune 
 

 Les deux équipes masculines en déplacement,
 
 
 
Fièrement le vestiaire porte le sigle du club : A C C
Le rouleau attend qu'on veuille bien le pousser pour entretenir les installations
 
 
Au fil de la première saison des locos

Lisons « le Journal de Châteaubriant » pour tout savoir
Section Féminine
Résultats des matches du 27 novembre 1938
A. C. C. 1 bat Aristide Briand 1 par 15 points à 12
A. C. C. 2 et Aristide Briand : Match nul 6 à 6
Convocations du Dimanche 4 septembre
L'équipe 1ère et 2ème de Basket féminin, rassemblement à la gare à 10 H 30 pour aller à Saint Nazaire
Équipe 3ème, rassemblement, 10 h, Parc des sports de L'A. C. C
 
Quant aux Masculins, déplacement à Nantes le dimanche suivant 11 décembre, 
A 11 h 40 sont convoqués à la gare de Châteaubriant : Pradel, Cadiot, Poulain, Mousson, Delanoue, Rohard, Lejeune, Bombray, Leblais, Bretagne, Fontaine, Roué
On alignait 3 équipes chez les Masculins comme chez les Féminines

Quel était le programme du dimanche suivant 17 décembre ?
On jouait le matin à cette époque
Equipe (I) à 9 h 45 au vestiaire : Pradel*, Hérault, Ali(x)*, Poulain, Colin, Mousson
Equipe (III) à 8 h 45 au vestiaire : Lejeune, Bretagne, Lemaitre*, Ragué, Mérot, Lefeuvre, Jolaine (3)
____________________________
(3) Nos trois basketteurs du matin marqués d'une astérique* ,une fois leurs chaussures de basket remisées, en chausseraient une autre mais à crampons... cette fois. Ils étaient convoqués le même jour, à 14 heures au sein de l'équipe III de l' A. C. C. foot, stade route de Vitré pour rencontrer les « Vieilles Tiges »
Étaient convoqués :  Marin, Clergeau, Lescours, Bazille, Pradel*, Bouchet, Richard, Moussourd, Carré, Rabouin, Audrain, Lechat, Gautier, Brébion, Guillet et Rousseau. Les « Vieux de la Vieille » aujourd'hui octogénaires seront étonnés de retrouver parmi ces joueurs quelques amicalistes ayant tapé dans le ballon rond... devenus de fidèles supporters. Au moins faisaient-ils nombre. Ne fallait-il pas convoquer 3 équipes ?
_____________________________
Quant à l'équipe (II) Elle ne raterait pas le train. Ils étaient convoqués à la gare à 7 h 45 pour rencontrer à Nantes « la Rue Noire ». Devaient être à l'heure : Bombray, Rohard, Delanoue, Leblais, Fontaine, Roué

     La Gare... Le train... Les locos des maillots

     Ecoutons Marie Louise Fontaine (Malou) « On retrouvait au début, dans notre équipe, une majorité de filles de cheminots... Les déplacements par train étaient gratuits pour nous. C'est Louis Fontaine, mon père, qui nous emmenait en déplacement vers Nantes et Saint Nazaire car il n'y avait pas d'équipes de basket féminin dans le secteur proche. 
Je me souviens très bien de notre première défaite... Mémorable ! On n'avait jamais joué et on s'était retrouvé contre une équipe championne de... Quelle volée ! Ma première volée... 108 à 0 ! On n'a jamais vu le ballon, sauf aux remises en jeu et encore ! C'est qu'elles le voulaient bien. Il faut dire que toute notre équipe était vraiment gringalette et les Nantaises étaient plutôt du style carré ! »
______________________

       Sur le "Parc des sports" de l'A. C. C 

     Inauguré en 1937, il a disparu en 2015. Son emplacement est actuellement occupé en grande partie  par le parking du Tram Train

     "Déclarée le 3 août 1937, l'Amicale Cheminote Castelbriantaise concrétisait la politique sociale des dirigeants cheminots à la veille de la création de la S. N. C. F le 1er janvier 1938"
     Première équipe mise sur pied : une équipe de football qui joue son premier match le 31 octobre 1937 contre la Réserve des Cheminots Rennais sur le terrain route de Vitré
Relevons les noms de nos premiers pionniers footballeurs qui avaient été convoqués : Lescours, Geslin, Moisan, Follain*, Lecerf, Marin, Clergeau, Palisson, Chaye, Grey, Demilt, Guigan*(4) et Monnier

Pour en savoir plus ouvrez le journal :
http://archinoe.fr/loire-atlantique_v3/presse_seriel_visu.php?id=299965416&l=1600&h=860&m=&titre=299965416&dngid=ae0cc0eb044667de19deeb4b11431ce1b74b0464

     Premier match... Premier Compte rendu  "Défaits par 4 à 3, mais applaudis par de nombreux spectateurs, les jeunes cheminots de la nouvelle société ont montré qu'ils étaient à même de rencontrer de bonnes équipes de promotion. Des qualités sportives qu'ils devraient montrer de nouveau le dimanche suivant contre l'E. S. Segré"
_________________________

(4) Autre résultat : Celui des équipes de foot de l'Ecole des Terrasses dont les externes ont largement battu les internes mais où l'on retrouve parmi les meilleurs ces deux joueurs Follain* et Guigan*
_________________________

    Sur le stade de la Gare


     Si le football pouvait être pratiqué stade route de vitré, aucune autre installation ne pouvait être utilisée, toutes étant privées et réservées à leurs sociétaires (stade Huard, stade Abbé Bougouin, Terrains du Cercle Catholique...) L'essor de leurs sections conduira les Cheminots à la construction immédiate de leur propre stade, tout proche de la gare, sur un terrain propriété de la S N C F en bordure de la voie ferrée. Ce stade verra le jour grâce à la bonne volonté des 350 cheminots en activité dont la majorité dépendait du dépôt de Châteaubriant) unis aux 300 retraités que comptait la ville. Inauguré le 8 mai 1938. il connaîtra de 1937 à 1940, une intense activité sportive.Les débuts de la guerre briseront cette dynamique. La création du nouveau stade de la rue de Vitré en 1946 entraînera l'émigration des basketteurs, des basketteuses et des athlètes vers ses nouvelles installations. Le stade de la gare verra sa fréquentation baisser. Plus de compétitions sportives F F B ou F F A. Il fera désormais pendant plus de 40 ans le bonheur des scolaires de l'école des Terrasses (compétitions et rencontres officielles O S S U et entraînement). Ajoutons outre cette pratique sportive du mercredi les "leçons de gymnastique" du primaire comme du Cours Complémentaire. Marcel Jeanneau, Jacques Magne, Jean Claude Orrière, responsables des activités sportives aux Terrasses ont longtemps utilisé ces installations.J'allais oublier les instituteurs ! 
Que de petites parties de foot sur l'ancien terrain de tennis ! "Oui ! que de parties de foot, n'avons-nous pas faites sur ses terrains avec notre maître Fineck" vous diront bien des élèves de la classe de Fins d'études. Quant à la piste, pour l'entraînement à la course à pied des futurs coureurs des cross U S E P et G E S P AC, elle rendait toujours service même si son état laissait à désirer.
Un stade qui par manque d'entretien tombera en désuétude avant que la S N C F n'en récupère l'emplacement qui était du domaine privé. Il sera désaffecté et depuis 2015 le parking de la Gare et les installations du Tram Train ont remplacé piste, sautoirs,et terrains divers. 

     Fête sportive chez les Cheminots : l'inauguration du stade avait été l'occasion d'une brillante manifestation... C'était le 8 mai 1938 devant plus de 3000 personnes

http://archinoe.fr/loire-atlantique_v3/presse_seriel_visu.php?id=299966043&l=1600&h=860&m=&titre=299966043&dngid=e292f7f9573ef51a5cdd2d8d171f1bb8c4ace4df

     Au programme des manifestations sportives, plusieurs matches de basket au cours desquels s'étaient rencontrés nos deux associations amies - les Cheminots et les Etablissements publics scolaires (Terrasses et E A B) - qui fusionneront en 1941 et formeront l'A L C C (5) Une naissance liée aux relations, dans un cadre géographique restreint autour de la gare et de l'école des Terrasses, des milieux laïques cheminot et enseignant
_______________________

(5) Les résultats importent peu. L' A C C Garçons 1 et 2 avait rencontré les Terrasses 1 et 2 et l'A C C filles 1 et 2, les demoiselles de l'école Aristide Briand. Des liens qui ne pouvaient que se resserrer. Certains et certaines "scolaires"
pratiquant dans les deux associations 
________________________

     Quel bonheur ! Personne n'avait été oublié ! Une bien belle journée... Même les enfants des cheminots sociétaires avaient été conviés à un concours de pêche... L'étang de la Torche étant éloigné, je me demandais où avait bien pu se dérouler cette pêche à la ligne concernant les enfants de 3 à 8 ans... Mais oui ! C'était dans le bassin circulaire du stade - autour duquel tournait la piste d'athlétisme - que petits et grands s'étaient amusés follement lors de cette compétition acharnée. Sans doute avait-on "aleviné" la veille de ce grand jour ?

     Il deviendra stade de l'A L C C en 1942
     Sur ce terrain auront lieu séances d'entraînement et rencontres officielles. Ce sera un lieu de rendez-vous de la jeunesse sportive laïque et cheminote.
Un stade superbement aménagé pour l'époque avec des vestiaires en dur portant fièrement le sigle de l'A C C, des vestiaires laissés à l'abandon qui disparaîtront vers 1970. Après le transfert des rencontres vers des lieux mieux aménagés (Terrains de basket sur le nouveau stade route de Vitré) seule, l'école des Terrasses l'utilisera comme terrain d'éducation physique. Ecoliers vous souvenez-vous avoir passé les épreuves du Brevet Sportif stade de la Gare ?

     Pas de services techniques municipaux chargés de l'entretenir. Nettoyage, entretien, réfection sont à la charge des sociétaires de l'A C C puis de l'A L C C
     L'aménagement comporte une piste en cendrée de 300 mètres de tour avec une ligne droite de 80 m, 2 terrains de basket, un court de tennis grillagé en mauvais état, 3 jeux de boules, 3 petits vestiaires et un stand de gymnastique dans le local qui jouxte la gare où l'on pourrait aménager un potique. Malheureusement, il n'y a pas d'eau courante. IL serait possible, sans grands frais, d'y installer des douches. (Rapport moral de M. Jeanneau secrétaire A L C C - 28 mars 1942)
 

     A compter de 1937, c'est sur ce stade, où s'entraîneront Cheminots et Amicalistes, que seront organisés de nombreux matchs (basket, tennis) des épreuves d'athlétisme et de nombreux concours (boules, palets, quilles...)
     Un stade toujours bien achalandé où aimaient se rencontrer - que l'on joue ou que l'on ne joue pas - jeunes gens et jeunes filles de nos deux associations.Les premiers supportant les secondes et réciproquement. Le cœur ne manquait pas !




                          Les Féminines et les Masculins
                       réunis au stade de la gare de l'A C C 
1er rang : Jean Delanoue – X – Gilbert Lejeune – Maurice Roué – Rémi Roué
2ème rang : Gilberte Poupel – X – Alice Nicolleau – Odette Fontaine – Thérèse Poupel – Yvette Martin – X

Debout : Andrée Beaussier – Gohier – X – Joseph Dubourg – Paul Rohard – Georges Bombray – Albert Fontaine – Charles Raguet – Emilienne Feuillet


     Ambiance...
 Au stade de la gare ou en déplacement ?
Quand nos footballeurs - Robert Dumazeau (1,2) et Andre Lebastard (1,3) - ne jouaient pas,  ils supportaient basketteurs et basketteuses. L'union fait la force !


 
Années 40
Féminines stade de la Gare
 avec leur entraîneur Lucien Combet en chapeau
 
     Avant 1939, l'A C C avait pour manager Mr Louis Fontaine, chef de train à la S N C F. L'équipe à dominante cheminote se déplaçait évidemment sans bourse déliée.
Mr Jules Lainé prit la succession au niveau responsabilité... Devinez où jouaient les demoiselles Fontaine et Lainé ? Après la fusion avec l'A L C, à compter de 45, ce fut Lucien Combet, homme affable, dévoué, vouvoyant ses joueuses et leur donnant du "Mademoiselle" qui managea les féminines de l'A L C C
 




Féminines A L C C en déplacement
(La plupart des joueuses se retrouvent dans la photo suivante

Féminines A L C C en déplacement
 (dans les années 45, les locos n'ont plus cours)
1er rang : A. Perez - M F Coudrin - F. Etienne - P. Fontaine - X. Rousseau - A. Delanoue
2ème rang : X - Y. Paillusson - M. Hergand - Y. Brun - X. Besnier - Denise Fontaine - X 
 


On est bien stade de la Gare de Châteaubriant et c'est une équipe de l'A L C C dans les années 40 (premiers écussons)

 
Avant guerre
     Gilbert Lejeune (1,2) et ses amis cheminots et cheminotes jouaient au tennis stade de la gare. Est-ce un pêcheur à la ligne venu supporter ses amis qui pose pour la postérité ?


 

Avant guerre
Masculins en déplacement
Sous les Numéros 5 : Albert Fontaine, 3 : Rémi Roué ,
6 : Paul Rohard, 9 : Gilbert Lejeune
Au premier rang – le basketteur au béret : Georges Bombray
 
Le travail, c'est la santé...



Années 40

     C'était tout un sport d'entretenir les diverses installations sportives : les terrains de basket, de tennis, de boules, la piste d’athlétisme.
On s'était donné rendez-vous par une belle journée. Le rouleau qu'on a déjà aperçu les attendait et chacun de manier rouleau, binette, pelle et autres râteaux. Reconnaîtrez-vous Paulette Fontaine au garde à vous présentant son arme ?
1er rang : Paul Rohard – X
2ème rang : Gilbert Roué – X – Jean Delanoue – D. Fontaine – Paulette Fontaine – M. Hergand

    Entraînement

     Années 40
     Quelques supporters endimanchés dont Robert Dumazeau (2,1) sont venus voir s’entraîner M. Jeanneau (2,5) Alfred Droualliere (1,1) Victor Lemaître (1,4) et quelques autres athlètes, tous sous l’œil d'un WAGON




 
     Ajoutons une dernière image illustrant l'ambiance, le plaisir qu'avait nos Amicalistes à se retrouver tous ensemble... Départ de la gare de Châteaubriant... Le train va bientôt partir...
 
 
M. Bonnier (Décembre 2016)
______________________
 
Sources
Journaux : A D L A Presse - "Journal de Châteaubriant" - "Courrier de Châteaubriant"
Archives et Bulletin intérieur A L C 
Photos : Petites épreuves (6 x 9 originales) repiquées en 1988 - Archives Familles Dumazeau, Barat, Blond, Rousseau rendues à leurs propriétaires
Extraits de "L'A L C a 50 ans" de M. Bonnier - Exemplaire papier - Exposition lors du cinquantenaire de l'A L C en 1988 
______________________

Merci de bien vouloir vous identifier pour accéder à l'administration du site.

Merci !