• Conseil d'Administration

    Composition du Conseil d’Administration élu pour trois ans Le conseil d’Administration se réunit le 1er lundi de chaque mois en session ordinaire. La suspension quasi complète des activités dans l'année Lire la suite
  • Statuts de l'Association

    STATUTS ARTICLE PREMIER - NOM Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901, Lire la suite
  • Règlement intérieur

    Règlement intérieur approuvé par le CA du 22 juin 2015 et modifié le 1 septembre 2016 reconduit en 2017, 2018 et 2019 LIEU ET HEURE DE RENDEZ-VOUS : Les départs des Lire la suite
  • JUIN 2022

      Rendez-vous au Forum des Associations le 3 septembre 2022 pour une reprise de nos activités le 6 septembre     Lire la suite
  • Dernières infos

     Nous avons retenu un autocar pour une sortie à la journée au Croisic le mardi 21 juin réservée à nos adhérents. Inscriptions début juin pour un coût de 18€ dans Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sortie au Croisic

  Nous avons démarré la journée par un circuit dans les marais entre  le Croisic et le Bourg de Batz. cela méritait bien quelques explications.

IMG 20220622 WA0006     

IMG 20220622 WA0002

Entre le sel et l’homme c’est une longue histoire. Son exploitation aurait commencé dès l’époque romaine. Depuis toujours, l’approvisionnement en sel a représenté un besoin essentiel pour l’homme

 C’était jusqu’au XIXème siècle le seul moyen connu pour la conservation des aliments (viande de porc dans nos campagnes et morue salée à l’époque des Terre-Neuvas).

Occupant une superficie de 5000ha en Loire-Atlantique, les marais salants furent une source de richesse pour la Bretagne donnant lieu à de nombreux trafics entre Bretagne et Anjou. La gabelle, impôt sur le sel, abolie par la Révolution française le 1 décembre 1790 ne fut supprimée qu’en 1945 !

Les marais salants, ou salines, sont des bassins artificiels situés en bord de mer et soumis à une forte évaporation permettant de récolter le sel marin.

L'eau de mer qui entre dans un marais salant suit un trajet plus ou moins long, de bassin en bassin et se concentre de plus en plus au fur et a mesure de son parcours. C’est le tour d’eau !

A marée haute, l'eau arrive par un canal, nommé l'étier, dans un grand réservoir : la vasière.

Sous l'action du vent et du soleil, l'eau commence à s'évaporer, ce qui entraîne une concentration de sel dans l'eau restante. L’eau passe ensuite dans le cobier où s’achève la décantation.

Grâce à un système de trappe, l'eau est ensuite peu à peu envoyée dans un circuit complexe de bassins et de chenaux : ce sont les fares

fares et adernes

Elle commence à cristalliser dans les adernes et arrive enfin dans les oeillets où le sel peut être récolté. Le ramassage du sel s'effectue de juin à septembre. Cependant  le paludier travaille toute l'année pour préparer sa récolte.

table salante

Avant d'en arriver là, un vrai travail doit s'effectuer. Rien n'est laissé au hasard même si la maitrise de la météo est aléatoire.

La Récolte du sel :

Ce sont d’abord les conditions météorologiques qui la conditionnent: à savoir, le soleil, le vent et la hauteur d’eau qui favorisent l’évaporation. La hauteur d’eau se règle par ouverture et fermeture de l’écoulement à l’aide de « portes »

cristallisation

Au centre de l'oeillet la hauteur d'eau est de quelques mm. Elle ne dépasse pas quelques centimètres sur le pourtour de l'œillet.     

 Le ramassage de « la fleur de sel » (constituée de petits cristaux qui flottent a la surface de l’eau) effectué par le paludier se fait grâce à une lousse, large planche de châtaignier de faible épaisseur. Cette planche forme un angle de 30° avec le manche afin de permettre un déplacement de l’outil à la surface de l’œillet. Il récolte ensuite le gros sel tombé au fond de l’œillet et l’accumule en tas appelés mulons. Les bassins  sont constitués d’argile. Le sel en contient une petite quantité qui lui donne sa couleur grise.

Le paludier rassemble le sel au centre de l’œillet sur un petit terre-plein, la ladure, avant de l’acheminer à la brouette (charge 120kg) vers le trémet pour former un mulon.

Un peu de vocabulaire pour comprendre:

Étier: chenal permettant la circulation montante et descendante de l'eau de mer dans le marais. Il porte le nom d'étier tant qu'il est navigable.

La vasière : C'est un bassin qui doit contenir suffisamment d'eau de mer pour alimenter pendant 15 jours à 1 mois la ou les salines qui en dépendent. Dans ce premier bassin l'action conjuguée du soleil et du vent y exerceront une première évaporation. . Après s’être débarrassée de sa vase par décantation. Tous les 2 ou 3 ans, il faudra enlever ces dépôts, c'est le "rayage".

Aderne : dernier bassin avant les oeillets: 4 à 6 cm plus haut que les cristallisoirs, 210g à 240g de sel par litre dans une eau à 31 degrés.

Oeillet: cristallisoir de forme rectangulaire d'environ 7 mètres sur 10 mètres, où le sel est récolté.

Mais le marais c'est aussi un lieu bien vivant qui a sa faune et sa flore adaptée à l'eau salée:

IMG 20220622 WA0008

Dans les bassins inutilisés se développent les salicornes et cette zone préservée est un refuge pour les petits échassiers ou les passereaux comme le gorge-bleue

echasse blanche                  gorge bleue

L'après-midi a été consacré à la découverte de la côte sauvage

groupe plage 2

Une longue colonne de marcheurs s'étire sur le sentier côtier...

.marcheurs 1 marcheurs 2

rochers 1

On a vu l'ours!      rocher de lours

rochers 2

rochers 3B

 

Et le moulin aussi !

moulin providence   moulin mécanisme

Crédit photos: L Auvray - J Durand

 

 

De Saint-Senoux à Pléchâtel

Un lieu remarquable : la levée de Pléchâtel

Constitués d’anciennes vasières marines, les schistes  bleu-noir assez riches en grès, sont présents partout de Saint-Senoux à Pléchâtel, s’étendant vers le sud-est jusqu’au-delà du pont de chemin de fer de Cambré que nous avons traversé en matinée.  On estime leur âge à environ 450 millions d’années (Ordovicien)

Vilaine 1     Vilaine 3

 Dans le coude  où la Vilaine reçoit le Semnon, elle entame profondément les roches laissant en rive gauche de hautes falaises creusées dans les schistes dont les sentiers nous ont conduit jusqu’à la Croix des jeunes édifiée sur la hauteur en 1973.

Vilaine 2

Troisième du nom, elle est en béton armé. Elle a remplacé la précédente portée en procession en 1934 par des jeunes de 20 ans et détruite dans un incendie en 1971. La croix originelle fut édifiée en  1908 par l'abbé JOLIVET.

Croix des jeunes

Après un parcours un peu ardu à travers le sous-bois...

a la queue leu leu

Notre pique-nique s’est déroulé sur l’aire de Maupoint en bord de Vilaine.

pique nique

 Puis nous avons regagné les hauteurs pour découvrir la Levée qui  a rappelé des souvenirs de jeunesse à nos participants.

Vilaine G3

Le lavoir du Prieuré

Lavoir du Prieuré

On imagine dans quelles conditions difficiles ont été creusés les escaliers escarpés que l’on peut sillonner, aujourd’hui encore, sur les flancs de la falaise de schiste.

Ce travail fut entrepris par la volonté du curé de la paroisse de Pléchâtel, Mr Lohier de La Motte  pour donner  du travail aux familles indigentes du village en 1812. En 1878, l’abbé A.Jolivet fait aménager des stations de piété : statuaires religieuses, et grottes, sculptées parfois à même la roche. L’architecte Arthur Regnault édifie les deux oratoires (des chapelles de dimension restreinte), vers 1890. 

levée 2

La Communauté de communes est  propriétaire de la Levée depuis décembre 2015, En 2020, en partenariat avec l’association AVPP, elle a confié la réalisation d’un parcours d’interprétation à Uriell Hirel de la société Paysages Sonores. À partir de récits, d’anecdotes ou d’anciennes cartes postales, elle a confectionné un circuit qui raconte l’histoire et les secrets de ce site vivant. Les panneaux pédagogiques ont été installés par le chantier d’insertion communautaire, et la rénovation des grilles a été confiée à l’association Études et chantiers. 

levée 3

oratoire SC   levée 1

Au retour accueil sympathique de la gérante du Baranoux de Saint Senoux. Merci à elle et à l’association qui gère le site.

Le serveur un peu frapadingue, y a qu'a voir...

Baranoux 7

Les consommations se font attendre...

Baranoux 1

Baranoux 3

On vous recommande le Gina Verde, cocktail sans alcool très revigorant (jus d’ananas, citron vert, miel et gingembre).

Pour en savoir plus sur cet endroit si plaisant cliquez sur le lien ci-dessous

https://www.baranoux.fr/wp-content/uploads/Dossier%20pr%C3%A9sentation%20-%20V13.pdf

© Marc Bernier 14052022 & crédit photos E. Labbé

La Lande du Don

La Lande du Don

landes du Don 3

En parcourant le sentier de la Lande du Don nous sommes sur la ligne de partage des communes du Grand-Auverné et de Moisdon-la-Rivière.

Ce sentier suit au plus près le cours du Don qui a creusé son lit à travers de vastes plateaux schisteux. Les contreforts sont couverts d’une flore exceptionnellement préservée, typique de la lande qui recouvrait notre région dans les siècles précédents.

Grandes asphodèles, genêts éclatants, ajoncs, endymions jacinthes des bois, silènes, orchis mâles, et sur les rochers sédums et lichens. Ce site si particulier doit tout autant son aspect actuel au travail des hommes qu’aux forces de la nature.

landes du Don2

landes du Don5  

     landes du Don7                                 landes du Don6

 coup de fatigue!

landes du Don8                                 landes du Don4

Difficile d’imaginer qu’il fut un haut lieu industriel au 17et 18ème siècle. Propriété du Grand Condé (cousin du roi Louis XIV). Ce dernier décide en 1688 d’exploiter les forêts de sa baronnie en faisant construire une grande forge. Il confie ce projet à René Saget,

L’endroit semble idéal pour y construire une forge moderne : il rassemble en un même lieu la force motrice hydraulique constituée par cette grande réserve d’eau, le charbon de bois, combustible produit des forêts voisines et le minerai de fer abondant dans le sous-sol des communes au nord du département. Sans compter la possibilité d’exploiter les carrières de schiste pour la construction des bâtiments. Les débouchés sont le marché local, l’armement de la flotte royale et le commerce triangulaire en plein essor sur le port de Nantes.

Ici travaillèrent des ouvriers venus de toutes les paroisses environnantes et de toute la Bretagne, le plus souvent pour des salaires de misère. C’est un travail saisonnier : en 1787, 172 personnes y travaillent en hiver et 576 en été (source Jean Franco) tout secteur professionnel confondu.

La confiscation des biens des émigrés pendant la période révolutionnaire et l’insécurité qui règne dans les forêts environnantes marquent le déclin de l’activité. L’activité reprend en 1815 pour s’arrêter définitivement en 1870 (source La Forge Neuve  Moisdon-la-Rivière par Ronan Pérennès, publication Hippac, dont je vous recommande vivement la lecture)

landes du Don1

Le site connaitra bien d’autres affectations parfois tragiques avant de retrouver dans les années 2000, toute sa place dans le patrimoine local. Le sentier que nous avons parcouru fut classé le 9 mars 1999

© Marc Bernier 30042022

Dernières infos

 Nous avons retenu un autocar pour une sortie à la journée au Croisic le mardi 21 juin réservée à nos adhérents. Inscriptions début juin pour un coût de 18€ dans la limite des places disponibles (62 maxi). Toutes les informations vous seront communiquées dans les délais.

 

Teillay2


 

 


 

 

 

 

 

 

 

Merci de bien vouloir vous identifier pour accéder à l'administration du site.

Merci !