74 - DANS LE RÉTROVISEUR de L'A L C C BASKET

Ecrit par
 
 
Dans le rétroviseur 
de l’AMICALE LAÏQUE CHÂTEAUBRIANT
 
Alors... C'était comment autrefois
quand on jouait au basket ?
 
La création de la section féminine de Basket
 
C'est l'Amicale Cheminote Castelbriantaise qui a créé en 1936,1937 les sections de foot, de basket et d'athlétisme de l'Amicale dont les joueurs et joueuses porteront des maillots à loco (cf photos)
Le pourquoi de la création de la section féminine de basket ? Les hommes jouaient déjà au basket. Deux clubs pratiquaient « le ballon au panier » à Châteaubriant (1) L' A C C depuis peu, en 1937, sur son nouveau stade de la Gare.et les Voltigeurs dont la création de la section remontait à quelques années. Ces derniers alignaient deux équipes seniors qui jouaient stade Abbé Bougouin, actuel stade municipal de la Ville en Bois. Ils utilisaient aussi un terrain dans la cour du Cercle Catholique, actuel Hôtel Le Châteaubriant.
____________________

(1)Pourquoi ce titre de « Ballon au panier » ? Les termes anglo-américains n'avaient pas encore envahi complètement le vocabulaire sportif.... Ainsi retrouvait-on encore dans les rubriques sportives des deux journaux de Châteaubriant – le Courrier et le Journal – que vous pourrez consulter grâce aux liens joints - les termes de ballon ovale, de ballon rond et de ballon au panier mais déjà le terme basket ball commençait à supplanter ce dernier 
______________________________________

      Le basket ball était un sport qui n'avait pas la même faveur que le football, aussi était-il important d'informer les lecteurs de l'intérêt que présentait ce sport
 
Faisons donc du basket
(Extrait du « Courrier de Châteaubriant » du 10 septembre 1937)
  • Le jeu de basket-ball, comme son nom l'indique, est un jeu de ballon. Il se joue entre deux et équipes de 5 joueurs qui sans aucune brutalité et en se servant uniquement de leurs mains, cherchent à mettre le ballon dans le filet adverse par des passes hardies, adroites et précises.
  • Le basket-ball est le plus rapide des jeux et celui qui exige la plus grande somme d'activité, les joueurs étant continuellement en action, quelle que soit leur place.
  • Le basket-ball n'est pas un jeu de malades ni de timides ou comme l'on dit « de petites filles ». Ces idées répandues par des personnes qui n'ont jamais pratiqué ce jeu et qui ne l'ont peut-être pas vu jouer y trouveraient un démenti désagréable, sinon formel.
  • Le basket-ball peut rivaliser ou sinon tenir la seconde place après le canotage comme jeu d'éducation physique. On y trouve en effet, des courses rapides et nombreuses avec démarrages et arrêts brusques, du saut, du lancer, ainsi que de multiples attitudes des sports de défense et d'attaques. De plus les centres nerveux toujours en éveil, ne peuvent souffrir aucun retard dans leur exécution.
  • Le basket est un jeu formateur de caractères. Il apprend à se décider et rapidement. Il donne de l'audace en exigeant qu'on aborde l'adversaire et qu'on lui échappe rapidement. Il veut qu'on discipline sa force (on ne devrait jamais toucher l'adversaire). Il suppose du cou-rage, de la résistance ; il est un destructeur d'égoïsme (le jeu personnel conduit à la défaite). Il donne en même temps par l'attention soutenue qu'il exige des joueurs, une maîtrise cons-tante de soi-même, l'habileté individuelle et une initiative personnelle qui doit aller sans ces-se au devant des autres coéquipiers.
  • Ce jeu si complet, doit devenir en faveur auprès de tous les vrais sportifs.
 
Pourquoi les féminines n'auraient-elles pas pratiqué à leur tour ? Le fait qu'il n'y ait pas de section féminine chez les Voltigeurs favorisera la naissance de notre section. Sachant que c'était « en forgeant que l'on devenait forgeron ? » ou encore mieux « en jouant qu'on devenait joueur ou joueuse » pour reprendre des expressions du rédacteur du « Courrier », il était nécessaire de s'entraîner.
 

Lire la suite de l'article : 74 - DANS LE RÉTROVISEUR de L'A L C C BASKET

Merci de bien vouloir vous identifier pour accéder à l'administration du site.

Merci !